• Gilderoy Lockhart

    Gilderoy LockhartProfesseur de Défense contre les Forces du Mal à Poudlard. Il a les cheveux blonds, onduleux et des dents particulièrement brillantes. Narcissique, il pense plus à son apparence physique qu'à la qualité de ses cours et semble être adulé par les femmes. Il est l'auteur de plusieurs livres dont une autobiographie. Affabulateur, il reprend à son compte des aventures que d'autres sorciers ont vécues : après leurs confidences, il leur jette un sort d'amnésie de telle sorte qu'ils ne puissent rien revendiquer. Lockhart est nommé professeur de Défense contre les Forces du Mal. Il est impopulaire parmi le personnel et n'aime particulièrement pas le Professeur Severus Rogue qui a recherché la position que Gilderoy tient. Hermione Granger développe une certaine admiration envers lui contrairement à Ron Weasley et Harry qui n'éprouvent que du dégoût pour sa manie de se pavaner et de jacasser sans fin. À la fin, la supercherie concernant ses exploits est mise au jour par Harry et Ron. Alors qu'il s'apprête à jeter sur eux son sort d'amnésie avec la baguette de Ron en mauvais état, le sort se retourne contre lui. Après son évacuation du couloir menant à la Chambre des Secrets, Lockhart est transporté à l'hôpital Sainte-Mangouste. Sa chambre, au nom de Janus Thickey, se situe au quatrième étage, au service de PATHOLOGIE DES SORTILÈGES. Il n'a jamais de visites, mais reçoit régulièrement des lettres de ses fans (notamment Gladys Gourdenièze, qui lui écrit toutes les semaines) sans en savoir réellement la cause (il pense que c'est à cause de son "physique avantageux"). Lorsqu'il rencontre à nouveau Harry Potter, Ron Weasley et Hermione Granger dans un couloir de l'hôpital, il semble en effet avoir tout oublié (même si le visage de Harry semble lui dire quelque chose) et leur demande s'ils souhaitent avoir des autographes. Il leur en fait finalement une douzaine mais les trois élèves ne repartent pas avec. Il se vexe car il affirme que ce n'est quand même pas pour rien qu'il a appris à attacher les lettres. Miriam Strout pense que ce goût pour les autographes signifie qu'il retrouve la mémoire.